REBASAGE ET REGARNISSAGE

Ces deux méthodes de correction sont utilisées pour réadapter les prothèses dentaires aux tissus buccaux. Lors du rebasage, l’acrylique rose est complètement renouvelé tandis que, lors du regarnissage, seul l’intérieur de la prothèse est réadapté, la structure d’acrylique rose étant préservée. Dans les deux cas, les dents prothétiques restent dans leur état initial au moment de la correction et elles sont conservées exactement au même endroit.

De telles corrections peuvent être effectuées sur une prothèse récente, devenue instable à la suite d’une modification rapide des gencives. Nous donnons deux exemples de ce phénomène.

Une personne se fait fabriquer des prothèses dentaires trois mois après l’extraction de ses dents naturelles. A ce moment, la gencive n’étant pas totalement résorbée, elle est appelée à subir encore des modifications. C’est pourquoi, après quelques mois, la prothèse devient instable en bouche. Le même phénomène se produit lorsqu’une dent naturelle (souvent la troisième molaire ou dent de sagesse) pousse et fait pression à l’intérieur de la prothèse. Après extraction de cette dent, la gencive subit une modification importante à cet endroit. Dans les deux cas mentionnés, votre denturologiste utilisera l’une ou l’autre méthode de correction au lieu de renouveler la prothèse.

L’état des prothèses ainsi que l’importance des corrections à leur apporter détermineront le choix de la méthode optimale. Si l’acrylique est en mauvais état, votre denturologiste fera un rebasage de la prothèse afin d’éviter une démarcation visible entre l’acrylique nouveau et l’ancien. Par contre, si l’acrylique est en parfait état, le regarnissage sera préférable.

Ces méthodes correctives ne doivent pas être appliquées à des prothèses portées depuis longtemps. De tels procédés ne font que réadapter et stabiliser les prothèses en bouche; ils ne permettent pas de corriger efficacement l’occlusion, l’usure des dents, l’esthétique, etc.

Dans ce domaine, votre denturologiste est votre meilleur conseiller. Il évaluera la situation et sera en mesure de vous expliquer laquelle de ces deux méthodes de correction s’applique dans votre cas.


Cet article a été gracieusement fournis par l'Ordre des Denturologistes du Québec

Retour à l'accueil du site de Jean-Guy Daigle Denturologiste